> Edito > Sénat : l’heure du changement

Sénat : l’heure du changement

Interview paru dans le Rappel du Morbihan

mercredi 7 décembre 2011, par Odette Herviaux


Voir en ligne : Le Rappel

Deux mois après la victoire historique de la Gauche unie en Morbihan comme au plan national, Odette Herviaux dresse un premier bilan de son action sénatoriale. A la suite de l’élection du premier président socialiste de la Haute Assemblée, Jean-Pierre Bel, et à quelques mois des élections générales de 2012, elle précise également le rôle politique de cette institution dans l’élaboration et la mise en œuvre de la République des Territoires.

Pour la première fois dans l’histoire de la Vème République, le Sénat est à gauche. Comment vis-tu ce basculement ?

Au terme de "basculement", je préfère de loin celui de l’alternance démocratique. Cette victoire historique de la Gauche représente l’aboutissement de combats locaux très anciens et récompense enfin à l’échelle nationale l’investissement quotidien de milliers d’élus locaux en faveur d’un autre modèle de développement territorial. Vous me permettrez ici de saluer plus particulièrement les grands électeurs morbihannais dont le vote a été décisif dans la constitution de cette nouvelle majorité sénatoriale. Avec mes deux collègues et nos suppléants respectifs, nous allons tout faire pour nous montrer dignes de cette confiance.

À titre personnel, conformément au règlement de notre groupe, j’ai abandonné la vice-présidence de la Commission de l’Économie et ai été élue Secrétaire du Sénat. Je siège ainsi au Bureau du Sénat qui va conduire le processus de réforme de notre institution autour des grands principes fixés par Jean-Pierre Bel dans son discours d’investiture : transparence, modestie, rénovation démocratique.

Sur le plan politique, cette alternance a-t-elle déjà produit des effets ?

En quelques semaines, le changement est notable et concrétise plusieurs engagements que nous avions pris à l’égard des élus locaux du Morbihan. En matière de solidarité territoriale, la première intervention du nouveau président du Sénat a consisté à demander au Premier ministre la mise en place d’un moratoire sur l’application de la réforme territoriale. Le groupe socialiste a par ailleurs porté une proposition de loi relative à l’intercommunalité afin de remettre les élus locaux au cœur du dispositif, en donnant la primauté à la CDCI, et de repousser la date butoir bien au-delà du 31 décembre 2011. La nouvelle majorité sénatoriale a également adopté une proposition de loi relative à l’abrogation du conseiller territorial. Enfin, le Sénat organisera dans les prochaines semaines des États généraux de la démocratie territoriale. Nous nous sommes également battus pour la justice sociale et les services publics en défendant la scolarité obligatoire à 3 ans pour lutter contre le démantèlement de l’école maternelle. Dans le cadre du Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale, les sénateurs ont voté l’abrogation des exonérations sur les heures supplémentaires. Concernant l’assurance maladie, le Sénat a refusé l’augmentation de la taxe sur les contrats d’assurance. Enfin, le Sénat a supprimé la contribution de 35 € pour toutes les procédures judiciaires liées à des contentieux de sécurité sociale.

Documents joints




mieux vu avec Firefox