Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média lundi 19 octobre 2009.

réactions en chaîne à la fermeture de l’école de police

Mercredi, la sentence est tombée. L’école de police de Vannes va fermer au cours de l’été 2010. Depuis, les réactions s’enchaînent. Les syndicats demandent plus de transparence, les élus tentent de se mobiliser.

L’annonce de la fermeture de l’école de police de Vannes a provoqué des réactions en chaîne au sein des personnels de l’établissement et du commissariat mais aussi des élus et des syndicats.

A commencer par l’union syndicale Unité Police et SGP/FO (lire par ailleurs). Le Syndicat national indépendant des personnels administratifs, techniques et scientifiques de la police nationale (Snipat) monte lui-aussi au créneau.

Par la voix de Loïc Bideau, son secrétaire adjoint pour la région ouest, qui regrette que le personnel de l’école de police de Vannes n’ait pas été "officiellement informé" de cette décision. "C’est un comble. Le Snipat, fort de 60% des voix aux dernières élections professionnelles, n’a pas été avisé de la fermeture de l’école non plus !"

Rubrique Société

Le multisons de Plaudren en récit et en images Vannes : l’opposition ne veut pas du tunnel de Kérino Vannes : l’école de police fermera en... "Une telle annonce dans la presse génère en conséquence un malaise chez des personnels aigris d’être assimilés ni plus ni moins qu’à des variables d’ajustement du déficit public !"

"Gestion budgétaire rigoureuse"

"Si quelques personnels se verront proposer des postes au commissariat de Vannes, d’autres occupent des emplois relativement spécifiques en adéquation avec aucun poste aux alentours. C’est le cas notamment des personnels techniques travaillant en cuisine."

"Le Snipat fustige une administration qui projette la fermeture d’une école de police au fonctionnement exemplaire, composé d’un stand de tir semi enterré opérationnel, d’une antenne Acropol, d’équipements informatiques récents, d’équipements sportifs, de chambres individuelles aux normes hôtelières, d’un amphithéâtre de 210 places, d’une cantine aux normes permettant même l’accueil de partenaires extérieurs."

"Une école dont la gestion budgétaire rigoureuse a été soulignée à de multiples reprises, notamment lors du contrôle IGPN de 2009, et qui fonctionne avec un budget réduit, en raison des efforts fournis par les gestionnaires et l’ensemble du personnel."

"Mobiliser les élus"

De son côté, Odette Herviaux, sénatrice du Morbihan, demande à l’Etat "d’assumer ses responsabilités". Elle demeure "opposée à cette décision, prise par le gouvernement dans le cadre de la révision générale des politiques publiques qui programme, de façon inacceptable la diminution de l’effectif des policiers et la création d’emplois dans la sécurité privée".

Elle tient par ailleurs à "dénoncer le comportement du gouvernement qui multiplie les annonces contradictoires sur ce dossier, sans informer en priorité les personnels concernés".

Odette Herviaux appelle "l’ensemble des élus concernés à intervenir pour tenter de faire comprendre au gouvernement l’importance de maintenir des locaux de formation adaptés à la formation continue des policiers". Elle réclame par ailleurs que "l’État informe dans les meilleurs délais tous les personnels concernés sur les modalités et le calendrier à venir".

E.B.M.