Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Communiqués novembre 2005.

les questions agricoles au coeur des débats

Au Sénat, Odette HERVIAUX, sénatrice du Morbihan est intervenue dans le cadre de la loi d’orientation agricole (LOA) et pendant la question orale avec débat sur la grippe aviaire.

Pendant les débats sur la LOA , Odette HERVIAUX a mis en avant les manques de réponses aux questions que se posent actuellement les agriculteurs. Ainsi, autant dans le débat général ( cf intervention) que dans la présentation des amendements du groupe socialiste sa logique a été de défendre la multiplicité des types d’agricultures, la préservation des systèmes de contrôle des structures et surtout l’encadrement législatif de l’accès au foncier.

Malheureusement, cette nouvelle loi, tant attendue par la profession, a mis en avant la volonté libérale et la logique quasi-industrielle de l’agriculture. Cette nouvelle loi ne répond pas aux inquiétudes des agriculteurs face à la gestion française de la nouvelle PAC, à l’incertitude sur les signes officiels de qualité, à la demande de plus en plus nombreuse des consommateurs de soutenir les agricultures respectueuses de l’environnement.

De plus, ce texte risque de rendre encore plus difficile le renouvellement des générations dans le secteur agricole.

La Bretagne, première région agricole de France n’a pas été entendu dans les débats malgré sa forte participation dans les réunions régionales ayant préfiguré ce texte et lors des débats en séance du Sénat.

Par ailleurs, jeudi 10 novembre Odette HERVIAUX est intervenue dans le débat de la question orale avec débat sur la grippe aviaire.

Devant le Ministre de la santé et des solidarité, la sénatrice du Morbihan a mis en avant les difficultés que rencontrent déjà non seulement certains producteurs mais aussi les industriels. Les pertes se comptabilisent déjà en millions d’euros et risquent de compromettre l’activité économique de certaines régions de France dont la Bretagne au premier rang.

Odette Herviaux a demandé au gouvernement qu’elles étaient les mesures économiques prévues à l’encontre des éleveurs, des entreprises de collecte, d’abattage et de transformation.