Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Travail parlementaire > Environnement mardi 2 décembre 2014.

Transition énergétique pour la croissance verte - Audition de Mme Ségolène Royal, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

mardi 25 novembre 2014


Voir en ligne : compte-rendu


Transition énergétique pour la croissance verte - Audition de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie {PNG} Mme Odette Herviaux. - Parlons couleurs : dans une période de grisaille, madame la ministre, vous proposez un avenir plus rose : je vous en félicite. Toutes les politiques publiques devront tendre à soutenir la croissance verte - et bleue, j’y tiens, comme élue d’une région littorale ! - mais quels moyens les financeront ? Certains estiment que l’effort d’investissement devrait être d’au moins 2 % du PIB dans chaque pays. En attendant le retour de la croissance, vos propositions constituent un véritable levier pour la création d’emplois de qualité. Comment favoriserez-vous la relance de l’investissement écologique privé ? Je plaide depuis longtemps pour le développement d’énergies à production constante, comme l’énergie marine ou la méthanisation. Les dispositifs de soutien prévus par vos articles 23 et 24 éviteront-ils les surcoûts engendrés par le système de subventions actuel ?

.../...

Mme Ségolène Royal, ministre. - Je vous remercie d’avoir souligné l’importance de cette loi qui prépare l’avenir, pour les générations futures. La loi encourage les collectivités territoriales à mettre en valeur leurs actions, afin que les bonnes pratiques se diffusent ; elle vise à favoriser des filières de développements industriels.

Divers moyens sont prévus pour soutenir la transition énergétique : le crédit d’impôt sur la mobilité propre, la simplification des conditions pour l’obtention des crédits transition énergétique pour les particuliers, 100 000 PTZ, la possibilité pour les régions de mettre en place des fonds de garantie, les aides de l’Anah - l’enveloppe de 50 millions d’euros étant insuffisante compte tenu du succès du dispositif, je travaille à obtenir un réabondement - les aides de l’agence de l’Ademe, bras armé du ministère de l’écologie, les certificats d’économie d’énergie, les 5 milliards d’euros de prêts de la CDC sans apport des communes,... J’ai mobilisé les préfets pour qu’ils informent les communes de cette possibilité dont le président Pélissard a été le premier à profiter. À cela s’ajoutent les prêts de Bpifrance, qui est la banque de la transition énergétique, et les tarifs d’achat. Le fonds spécial de la transition énergétique destiné au subventionnement des territoires à énergie positive, des « territoires zéro déchet », des méthaniseurs et des contrats locaux de transition énergétique, est en voie de finalisation.

Vous avez évoqué avec raison la croissance verte et bleue : une partie de notre avenir se trouve dans la mer. Il ne faut pas la surexploiter mais capter ses ressources potentielles.

La relance de l’investissement doit être financée par Bpifrance. Les pôles de compétitivité dans le domaine de la croissance verte se mettent en place. Les entreprises peuvent s’entraider pour avancer en matière de transition énergétique.

Nous sommes en négociation avec Ecomouv’. Le contrat avec l’entreprise a été signé en 2011. Il est complété par un protocole plus récent. Nous analysons les conséquences juridiques de ces conventions, les dépenses effectivement engagées pour l’entreprise, afin de parvenir à un accord. L’État doit payer ce qu’il doit, mais pas plus. J’ai reçu le président directeur général d’Ecomouv’. Je lui ai rappelé que le contrat doit être interprété au regard des principes généraux du droit. Nous étudions également ce que nous pourrions tirer des installations existantes.

La loi sur la transition énergétique n’est pas électrico-centrée, au contraire, et elle est axée sur l’aménagement du territoire. J’ai utilisé mon expérience d’élue locale. Je souhaite m’appuyer sur les territoires qui sont en avance. L’initiative des régions dans le tiers financement bénéficiera aux territoires. Le dispositif d’appel à projets est infrarégional et concerne notamment les communautés de communes. Désormais le volet mobilité des contrats État-régions inclura une dimension de transition énergétique ; et un volet biodiversité a été introduit. Les régions bénéficieront d’un éco-financement régions-État.

Le Conseil national des normes a un avis défavorable ? Très bien : qu’il se saisisse du projet afin de nous aider à simplifier les normes ! Il nous faut arrêter l’empilement des schémas nationaux, régionaux, communaux dont la réalisation absorbe au moins 20 % du temps de travail des fonctionnaires territoriaux.

Je remercie M. Courteau de ses compliments. Il a cité une très belle phrase de Ban Ki Moon. J’aime aussi celle-ci : « Tout homme a deux patries, la sienne et la planète ». Il faut nous engager et agir ensemble.

Portfolio