Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média dimanche 31 mars 2013.

Sauvetage en mer. La base du pays de Lorient inaugurée

18 mars 2013


Voir en ligne : Le Télégramme


Les locaux de la station SNSM du Pays de Lorient, basée au port de Sainte-Catherine, à Locmiquélic, ont été inauguréshier matin. Un bâtiment très attendu des 20 marins.

Hier matin, c’est en présence du sous-préfet, de nombreux élus, dont la sénatrice et le député de la circonscription, des autorités civiles et militaires, du vice-amiral d’escadre et d’Yves Lagane, président de la Société nationale de sauvetage en mer, qu’ont été inaugurés les locaux de la station SNSM du Pays de Lorient, basée au port de Sainte-Catherine, à Locmiquélic. L’aboutissement d’une belle chaîne humaine et un encouragement pour les 20 marins bénévoles qui assurent son fonctionnement. À l’issue de la bénédiction du bâtiment par Jean Le Berrigaud, l’aumônier des gens de mer, le président de la Station, Thierry Dimeet rappelait, dans un discours plein d’humour, que c’est en 2009 que la station du pays de Lorient a vu le jour, après le départ de la Marine nationale, qui avait elle-même pris le relais, en 1986, de la station du Port-Louis.

« le local c’est notre âme »

Toutefois, notamment après les sauvetages difficiles, de retour au port, les marins de la SNSM se trouvaient bien démunis : ils ne disposaient pas de locaux pour décompresser, vider leur sac. Le président a donc mobilisé. La mairie a mis à disposition un terrain qu’elle a viabilisé, tandis que la sénatrice Odette Herviaux, grâce à sa réserve parlementaire, fournissait les 10.000 € nécessaires à l’achat du bâtiment modulaire. « L’amitié et le dévouement des uns et des autres ont fait le reste. La vedette c’est le coeur de notre action, mais le local c’est notre âme », devait déclarer le responsable.

Pour conclure, le président a souligné que, si la mer était le dernier lieu de liberté, « Il faut en profiter, mais être responsable ». Il a aussi noté que le don, sans lequel la SNSM ne pourrait fonctionner, est le premier geste qui sauve. Tous les autres intervenants ont pour leur part tenu à mettre en avant le bénévolat et l’investissement de l’équipe SNSM. « Ce bénévolat est un trésor, un savant mélange entre raison et passion. On a besoin de tous pour le préserver ». Contact