Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Travail parlementaire > Santé jeudi 20 novembre 2003.

Remboursement des médicaments homéopathiques

Question écrite Nº 09938 du 20/11/2003 page 3377 posée avec réponse par Odette HERVIAUX du groupe socialiste .

Mme Odette Herviaux souhaite interroger M. le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées sur la diminution du taux de remboursement des médicaments homéopathiques. Ainsi, le taux de remboursement de ces médicaments est passé de 65 % à 35 %, sans réelle concertation avec les professionnels de santé concernés. Cette décision ne peut se comprendre au regard de l’impact économique, puisque cette médication ne représente que 0,8 % des remboursements de pharmacie. Par contre, il s’agit là, peut-être, d’un a priori, voire d’une méconnaissance de la réalité de l’homéopathie. Elle souhaite donc connaître les motivations de cette baisse de remboursement.

Ministère de réponse : Santé - Publiée dans le JO Sénat du 25/12/2003 page 3722.

La dégradation des finances sociales oblige aujourd’hui à s’interroger sur chaque poste de dépense de l’assurance maladie. L’objectif est, avec la plus grande économie de moyens possible, de continuer d’assurer à tous les Français l’accès aux innovations thérapeutiques indispensables et souvent coûteuses. Dans ce but, la sécurité sociale doit mieux dépenser son argent en s’assurant qu’elle admet au remboursement des médicaments, et qu’elle fixe leur prix, en fonction de la preuve scientifique de leur efficacité. C’est une politique de bon sens. Depuis 1977, la loi prévoit deux niveaux de remboursement des médicaments, 65 % pour les plus efficaces soignant les maladies graves et 35 % pour les autres. En ce qui concerne l’ensemble des médicaments allopathiques existants, de nombreux efforts ont été faits pour respecter ce principe. Une réévaluation de l’ensemble des spécialités remboursables a été entamée en 1999. Elle a abouti à un reclassement de certains médicaments mis en oeuvre par trois décisions en septembre et décembre 2001 puis en avril 2003. Elle a conduit aussi à identifier un certain nombre de médicaments dont le service médical rendu est aujourd’hui insuffisant pour justifier le remboursement. La qualité de l’évaluation scientifique sera en outre renforcée. C’est tout l’objet de la réforme de la commission de la transparence en cours. Force est de constater que le même effort d’évaluation des performances des médicaments homéopathiques n’a pas eu lieu. Les médicaments homéopathiques sont tous pris en charge au taux réservé aux pathologies les plus graves et aux médicaments les plus efficaces, 65 %. Ils ne font pas l’objet des mêmes tests. En effet, les médicaments allopathiques comportent des indications et sont testés sur cette base tandis que les médicaments homéopathiques ont une approche plus globale qui vise à soigner les personnes comme un tout. La réduction du taux de prise en charge vise donc à rétablir une situation jusqu’ici anormale qui conduisait à prendre mieux en charge des médicaments non évalués que certains médicaments dont l’efficacité est prouvée. Au regard d’une pratique thérapeutique à laquelle de nombreuses personnes, malades ou prescripteurs, sont attachées, il a été décidé de maintenir ces spécialités au remboursement au taux de droit commun, ce qui permet également le maintien de la prise en charge du ticket modérateur par les organismes complémentaires.