Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Communiqués jeudi 12 février 2015.

Refus de la Droite de réduire la part du nucléaire à l’horizon 2025

12 février 2015


Voir en ligne : projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte


Le Groupe socialiste réaffirme le cap de 2025 pour baisser la part du nucléaire dans le mix énergétique

La majorité sénatoriale a refusé d’adopter l’amendement du gouvernement visant à réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 à 50% à l’horizon 2025, dans le projet de loi transition énergétique.Cap mobilisateur, l’objectif de 2025 a pourtant l’intérêt de fixer des règles claires. Il donne une visibilité pour permettre aux acteurs publics et économiques d’investir dans l’avenir. Ambitieux, il est motivé par la nécessité de rééquilibrer le plus rapidement possible le bouquet énergétique entre nucléaire et énergies renouvelables.

Les sénateurs socialistes ne souhaitent pas la sortie du nucléaire. Un maintien de 50% de part de nucléaire permet de préserver notre indépendance énergétique. Il a aussi des conséquences pour notre industrie. « Les propositions du gouvernement ont un sens, elles visent à renouveler les centrales nucléaires avec des techniques plus performantes et produisant moins de déchets nucléaires tout en développant les énergies non-carbonées » a expliqué le président du groupe socialiste Didier Guillaume. Fixer une date butoir pour ce faire, c’était insuffler du pragmatisme à l’ambition. La droite n’a pas voulu le comprendre.