Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Travail parlementaire > Economie jeudi 17 janvier 2013.

Réévalution du projet de Schéma National des Infrastructures de Transport

Monsieur le Ministre,

C’est avec un vif intérêt que nous avons pris connaissance de la décision du gouvernement de réévaluer le projet du Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT) qui intègre notamment « Bretagne à Grande Vitesse », en confiant à une nouvelle commission ad hoc le soin de le réexaminer, projet par projet.

Nous comprenons et soutenons cette démarche d’évaluation des engagements. Mais nous attirons votre vigilance, à la fois sur le projet consacrant la seconde phase de « Bretagne à Grande Vitesse » qui vise à connecter Brest et Quimper à Paris en moins de trois heures et sur l’achèvement nécessaire de la mise à deux fois deux voies de la RN 164.

Le projet de désenclavement ferroviaire est essentiel pour permettre aux Bretonnes et aux Bretons, et singulièrement aux Finistériens, Costarmoricains et Morbihanais, citoyens comme chefs d’entreprises, universitaires comme touristes, de participer au développement de notre territoire. Il est soutenu par l’ensemble des forces politiques, économiques et sociales de Bretagne, et singulièrement du Finistère, à la pointe occidentale de notre péninsule.

La première phase reliant Rennes au Mans est engagée ; les travaux ont commencé, même si l’exploitation commerciale ne débutera qu’en 2017. Cependant elle ne permettra pas à elle seule d’atteindre l’objectif des trois heures.

Le projet « Bretagne à Grande Vitesse » est un aménagement nécessaire pour permettre le développement de la Bretagne. En effet, il faut aujourd’hui plus de quatre heures trente pour rejoindre Paris depuis Brest ou Quimper. Paris étant le centre névralgique de l’économie et des transports français, et le lien entre le monde et nos territoires, l’actuel enclavement est un frein à la compétitivité de leur économie. Un accès fluide et rapide au centre des flux nationaux et européens est donc crucial.

Nous n’accepterions pas de voir tarder les décisions nécessaires pour engager définitivement les travaux de cette seconde phase. L’optimisation et le développement des réseaux de transports sont indissociables de tout objectif de meilleure compétitivité de nos territoires et de plus grand dynamisme de l’économie française. Le désenclavement de ces territoires est donc essentiel.

Dans ce même esprit, l’achèvement de la mise à deux fois deux voies de la RN 164 qui dessert la Bretagne intérieure est le second enjeu de désenclavement sur lequel l’action et la volonté de l’Etat doivent être clairement confirmées.

Ces deux chantiers ont d’ailleurs justifié l’engagement financier massif, exemplaire et solidaire des collectivités bretonnes.

Aussi, Monsieur le Ministre, nous vous invitons à participer avec nous au désenclavement de la Bretagne et à valider cette seconde phase de « Bretagne à Grande Vitesse » et l’achèvement de la mise à deux fois deux voies de la RN 164 dans les projets stratégiques nationaux.

Nous nous tenons à votre disposition pour toute rencontre utile et, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de notre parfaite considération.

Députés

Corinne Erhel

Viviane Le Dissez

Annie Le Houerou

Michel Lesage

Patricia Adam

Gwenegan Bui

Richard Ferrand

Gilbert Le Bris

Annick Le Loch

Jean-Jacques Urvoas

François André

Marie-Anne Chapdelaine

Jean-René Marsac

Jean-Pierre Le Roch

Paul Molac

Philippe Noguès

Hervé Pellois

Sénateurs

Jean Luc Fichet

Jacky Le Menn

Ronan Kerdraon

Odette Herviaux