Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média vendredi 14 octobre 2011.

Quel avenir pour les ports français ?

12/10/2011 à 18h05 - mis à jour le 12/10/2011 à 18h22


Voir en ligne : voir la vidéo sur le site Le post.fr


En juillet dernier, le groupe de travail sur la réforme portuaire, présidé par Charles Revet (UMP, Seine-Maritime), a publié un rapport dressant un bilan sans concession du « déclin des ports français ». C’est ce bilan qu’ont discuté les sénateurs en séance publique à l’occasion d’un débat sur la réforme portuaire qui s’est tenu mercredi 12 octobre à la demande de la commission de l’économie.

« La France dispose d’atouts maritimes exceptionnels, en particulier le deuxième domaine maritime mondial, après les État-Unis, et une position stratégique au seuil de l’Europe, premier marché mondial. Mais nos ports maritimes connaissent un lent et constant déclin, notamment pour le trafic de conteneurs, où ils sont largement distancés par Rotterdam, Anvers, Hambourg, côté nord, et même Algésiras ou Valence, coté sud » analyse Charles Revet.

« Il y a urgence » confie sa collègue au sein du groupe de travail, Odette Herviaux (Soc, Morbihan) qui veut en finir avec « l’omniprésence de l’Etat dans ces ports, sans en assumer l’aspect stratégique ni l’aspect investissement ». Pour la sénatrice il y a, à l’évidence, « beaucoup de marge de progrès » pour impliquer les collectivités territoriales dans la gestion des infrastructures portuaires.

Le groupe de travail avance d’ailleurs plusieurs pistes pour un nouveau schéma de gouvernance qui « peut se résumer en deux mots : proximité et autonomie » explique Charles Revet. Le rapport promeut une « décentralisation de la gouvernance des grands ports maritimes » qui serait alors confiée aux collectivités du « bassin portuaire ».

« Nous proposons de modifier certains aspects de la loi de 2008 sur la réforme portuaire : il y a des aménagements à faire et ça devra se faire soit sous la forme d’une proposition, soit d’un projet de loi » annonce le sénateur de Seine-Maritime. « On a vraiment besoin de mettre en place quelque chose qui démarre très vite, ajoute Odette Herviaux, l’avenir de nos ports commence maintenant ».