Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Communiqués mercredi 6 juillet 2011.

Prime salariale : le nouveau miroir aux alouettes du Gouvernement

Les sénateurs socialistes considèrent que l’octroi de la prime salariale, unique et variable, prévue dans le projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011, impacte négativement la négociation annuelle sur les salaires. C’est pourquoi ils ont fait connaître clairement leur opposition à cette atteinte au dialogue social et aux prérogatives des partenaires sociaux.

De plus, cette prime est exonérée de cotisations sociales, ce qui grèvera d’autant le budget de la sécurité sociale, ne faisant l’objet d’aucune compensation de la part de l’Etat. En contradiction avec les objectifs nationaux et européens de réduction des déficits, cette mesure conduit donc à la création d’une nouvelle « niche sociale ».

Si cette prime représente un complément de revenu appréciable pour de nombreux salariés, elle ne répond pas aux attentes de progression durable du pouvoir d’achat des catégories modestes et moyennes, dont le niveau de vie n’a cessé de baisser depuis plusieurs années, malgré les multiples promesses du président de la République et du Gouvernement.