Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Communiqués vendredi 20 juillet 2012.

Pêche de grands fonds : les élus bretons dénoncent une décision irrationnelle de la Commission européenne

19 juillet 2012

La Commission européenne a adopté ce jeudi 19 juillet un projet de règlement qui, en proposant l’interdiction du chalut de fond dans un délai de deux ans, signerait la mort de la pêche de grands fonds en Europe. Les élus bretons engagés dans le domaine de la pêche dénoncent une décision irrationnelle qui ne s’appuie sur aucun rapport scientifique.

En effet La Commission européenne prend une décision en contradiction avec les derniers rapports scientifiques (IFREMER, CIEM) sur les espèces en eau profonde. Ces expertises ont démontré que les stocks biologiques ne sont pas en danger. Certains sont même en augmentation (sabre noir, lingue bleue). De même, contrairement à ce qu’affirme la Commission, seuls 10% des grands fonds en Europe sont concernés par ces pêcheries et sont des fonds sableux où l’on ne trouve pas de massifs coralliens. Ces pêcheries font aujourd’hui l’objet du suivi scientifique le plus rigoureux en Europe grâce à la pleine coopération des pêcheurs eux-mêmes.

Si la pêche de grands fonds a pu causer des problèmes environnementaux à la fin du XXème siècle, la prise de conscience des professionnels a permis depuis de diminuer son empreinte écologique d’un facteur 4 et en a fait une des pêche les plus durables d’Europe.

S’il était appliqué, les conséquences socio-économiques de ce projet de règlement seraient catastrophiques en Bretagne, avec des centaines d’emplois directs perdus. De plus, c’est toute la pêche artisanale qui pourrait être touchée puisque le projet d’interdiction concerne tout navire qui ne ramènerait ne serait-ce que 10% d’espèces profondes. Cela aurait des conséquences dramatiques pour l’amont et l’aval de la filière et pourrait menacer sérieusement l’équilibre économique de nombreux ports de pêche. Ce sont donc des territoires entiers qui pourraient être déstabilisés.

Les élus bretons demandent à la Commission européenne de ne pas prendre de décision sur des motifs idéologiques qui conduisent au déclin de la pêche européenne. Ils sont indignés que de telles décisions prise sans fondement puissent détruire autant d’emplois et d’activités économiques, à l’heure où l’Europe subit une crise et un chômage sans précédent. Ils sont convaincus que la pêche durable a un avenir en Bretagne et Europe et font confiance au Conseil et au Parlement européen pour amender cette proposition de règlement dans un sens plus conforme à la réalité.

Odette Herviaux, Sénatrice du Morbihan
Pierre Karleskind, Vice-Président du Conseil régional de Bretagne
Annick Le Loch, Députée du Finistère
Michaël Quernez, Vice-Président du Conseil général du Finistère
Gwendal Rouillard, Député du Morbihan
Isabelle Thomas, Députée européenne

Consulter les communiqués de presse :

du Ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche :

- "Conseil des ministres de la Pêche de l’UE – 16 juillet 2012"

des parlementaires européens socialistes :

- "Règlement pêche en eau profonde dans l’Atlantique Nord-Est : une proposition dévastatrice pour l’emploi et sans fondement scientifique"