Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média mardi 18 novembre 2008.

PS : dans le Morbihan aussi, ça débat dur !

Jeudi, les militants socialistes seront appelés à choisir leur premier secrétaire national,mais aussi celui de la fédération du Morbihan. Un fauteuil pour deux.
Les militants socialistes du Morbihan, qui avaient porté en tête la motion de Bertrand Delanoë (41,12 % des suffrages exprimés), sont, pour beaucoup, contraints de revoir leur choix. Le maire de Paris a quitté la danse pour le poste de premier secrétaire du PS. En appelant hier à soutenir Martine Aubry, arrivée quatrième dans le département le 6 novembre dernier avec seulement 11,55 %, il a jeté le trouble dans bon nombre d’esprits des sympathisants.

À commencer par celui de Gwendal Rouillard, premier secrétaire fédéral, qui avait soutenu la motion de Delanoë, comme la plupart des élus du département, et qui ne se retrouve pas du tout dans ce ralliement sur le tard.

« Je me désolidarise complètement de ce choix, explique Gwendal Rouillard. Je me suis même plutôt surpris car ce n’est pas en phase avec ce qui apparaissait dans sa motion. Je milite pour un parti réformiste, européen et décentralisateur. Je suis également garant du souhait du congrès de Locoal-Mendon qui appelait à une synthèse des motions de Delanoë et Royal. Enfin, je suis aussi pour le renouvellement générationnel au PS. Pour toutes ces raisons, je voterai jeudi pour Ségolène Royal. »

Si la sénatrice Odette Herviaux fera le même choix, Françoise Olivier Coupeau, elle, soutiendra Martine Aubry. « Je trouve que sa motion était la plus proche de celle de Delanoë », explique la députée dont le suppléant n’est autre que Gwendal Rouillard. Preuve s’il en est qu’au PS le débat fleurit aussi à l’automne...

Norbert Métairie, maire de Lorient, un peu désabusé par l’échec du congrès de Reims et ne se reconnaissant pas « dans le positionnement de Delanoë et dans les tractations en cours » préfère s’en remettre au choix des militants.

Deux candidatspour le Morbihan

Ce sont eux qui joueront les arbitres d’un match qui dure depuis plusieurs mois. Quel poids aura le débat national, avec ses déchirements et ses déclarations d’amour soudaines, au niveau local ? Difficile de le dire. Une chose est sûre : le choix du premier secrétaire de la Fédération du Morbihan promet aussi d’être instructif. Gwendal Rouillard, le sortant, se retrouve avec un adversaire, Nicolas Debéthune, militant de 34 ans de la section de Belz, qui rêve de surfer sur le bon score obtenu par Benoît Hamon (21,45 % juste devant Ségolène Royal avec 20,18 %).

Ce dernier ne voit sûrement pas d’un mauvais oeil la fin du front uni des élus socialistes du Morbihan. Dans une profession de foi adressée aux adhérents, il estime que le PS « est trop souvent présenté comme le cartel des élus. Il doit retrouver sa force de proposer et surtout sa capacité à organiser le débat politique autour de ses idées. Nous voulons un parti populaire, solidaire et à l’écoute du mouvement social. »

Gwendal Rouillard, proche de Jean-Yves Le Drian, assume son envie de voir le PS devenir « un grand parti social-démocrate ». Et ce avant même que le président de la Région ne prenne position.

Dans son programme, il explique vouloir faire de la fédération 56 « un laboratoire d’idées grâce au creuset des militants et au dialogue avec les acteurs sociaux. Nous voulons poursuivre et amplifier la rénovation que nous mettons en pratique depuis 2003. »

Édouard REIS-CARONA.

Pratique. Les militants sont invités à se prononcer sur le choix du premier secrétaire de la Fédération du Morbihan le jeudi 20 novembre, de 17 h à 22 h, dans toutes les sections, ainsi que sur les candidatures au poste de premier secrétaire national et au poste de secrétaire de section.

Source : Ouest-France mardi 18 novembre 2008