Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média mardi 2 novembre 2010.

Odette Herviaux prête à repartir aux Sénatoriales en 2011

bi-mensuel d’information et de débats édité par le parti socialiste


Voir en ligne : informations complémentaires élections Sénatoriales


Quel bilan peut ont dresser des débats tenus au Sénat sur la réforme des retraites ?

Les sénateurs socialistes se sont battus pied à pied pour infléchir le contenu de la réforme, mais on peut affirmer que - contrairement à ce que la droite prétend - aucune avancée n’a été obtenue, notre action a surtout permis d’empêcher de nouveaux reculs. Sur les mères de familles, les conditions sont très restrictives et les bénéficiaires seront peu nombreuses. Quant à la question de la pénibilité, le gouvernement la confond avec la notion de handicap. Il y a un réel refus de reconnaître les métiers pénibles. Par ailleurs, le fait de repousser à 2013 l’annonce d’une réforme systémique constitue un aveu de faiblesse pour la droite : le financement de nos retraites n’est pas pleinement assuré, ce qui prouve l’échec partiel de cette réforme. Le processus parlementaire est allé à son terme, reste à voir ce que va donner la saisine du Conseil constitutionnel : le choix a été fait de saisir sur l’ensemble du texte, au conseil d’apprécier la conformité des différentes mesures adoptées.

L’autre gros dossier est celui de la réforme territoriale. Quel point peut-on faire à ce stade ?

A ce stade le projet de réforme est toujours en panne... nous attendons
la réunion de la Commission mixte paritaire qui a été reculée à plusieurs reprises, ce qui prouve qu’il n’y a pas de consensus au sein de la droite sur cette réforme. Ce que l’on sait néanmoins, c’est que le nouveau statut de conseiller territorial sera confirmé, que l’objectif de la suppression du mille-feuille des collectivités n’est pas atteint, nous
allons au contraire vers plus de complexité. Cela ne coûtera donc pas moins cher aux contribuables ! Par ailleurs, le texte nous conduit clairement vers une perte d’autonomie pour les collectivités territoriales,
sur le plan financier comme sur les compétences. Les grandes perdantes sont les régions, qui ont le tord d’être à gauche, et qui voient une perte de leur capacité à mener leurs politiques au profit d’un renforcement des pouvoirs de l’Etat.

Nous avons un renouvellement des sénateurs morbihannais à l’automne 2011... es-tu prête à repartir ?

Après réflexion, j’ai finalement pris la décision de représenter ma candidature. Plusieurs raisons ont guidé mon choix. En premier lieu, le changement de mode de scrutin, vers un scrutin uninominal, qui sera plus difficile pour la gauche. Cette raison, en tenant compte des candidatures pressenties à droite, font penser qu’une candidature “sortante” peut favoriser la possibilité d’un siège de sénateur à gauche. Enfin, la décision du parti de faire abandonner tout mandat exécutif aux futurs sénateurs élus limite les candidatures possibles ayant des chances d’être élus. C’est pourquoi, si les militants socialistes morbihannais me confirment dans ce choix*, je suis prête à repartir.

* A l’unanimité, le Conseil fédéral a décidé de reporter au printemps 2011, après les élections cantonales, le vote des militants pour le choix des candidat(e)s socialistes aux élections sénatoriales.