Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média mercredi 2 mars 2011.

Morbihan à gauche, le sens d’une victoire nécessaire

Jeudi 24 février 2011


Voir en ligne : Télécharger le Rappel


Les élections cantonales constituent une étape décisive dans
la phase de reconquête entamée il y a un an par la Gauche à
l’occasion du scrutin régional. En premier lieu, elles permettront
de réaffirmer l’importance de l’échelon local et le processus
de décentralisation, à l’heure d’une RGPP brutale et
autoritaire qui concentre de plus en plus de pouvoir dans les
mains des représentants de l’État central. Il s’agit ensuite de
la dernière expression des rapports de force politiques avant
les élections présidentielles de 2012. Enfin, elles préparent
l’éventuel renouvellement sénatorial de septembre prochain
– avec le basculement à gauche de la Haute Assemblée pour
la première fois de son histoire – qui pourrait offrir une
opportunité unique de mettre un premier coup d’arrêt parlementaire
aux politiques rétrogrades de la droite.

L’inexorable affaiblissement du Gouvernement lié à la multiplication
des affaires, ses errements économiques, financiers
et diplomatiques, accompagnent un retrait systématique de la
puissance publique qui met à mal les équilibres environnementaux
et territoriaux et remet en cause le contrat social
issu des réflexions du Conseil National de la Résistance. Les
reniements du Grenelle de l’environnement, les reculs des
Droits de l’Homme (projet de loi sur l’immigration condamné
par de très nombreuses associations, diplomatie discréditée
au plan international), une réforme des retraites injuste et
inefficace, la dégradation des conditions d’exercice des
magistrats, des enseignants et des médecins après celle des
conditions de travail de tous les salariés…

De surcroît, les réformes des collectivités et de la fiscalité
locales réduisent chaque jour un peu plus les moyens de
la régulation et de la redistribution tout en grevant le budget
de la nation. Après les alertes répétées des élus socialistes,
l’UMP et le Gouvernement ont ainsi été obligés de
reconnaître que la suppression de la taxe professionnelle
coûtera le double des prévisions initiales, soit près de huit
milliards d’euros. Étrangler les collectivités sous le prétexte
de rationalisation financière, alors même qu’elles ne
sont responsables que de 10% de la dette, relève d’une
stratégie assumée qui conduit le pays dans l’impasse.

Dans ce contexte, il nous appartient de mobiliser et de
rassembler sur la base d’un projet ambitieux et partagé.
Depuis le 29 janvier dernier, date de présentation de la
plateforme programmatique de la Gauche morbihannaise,
nous avons ainsi pu rappeler les trois pactes – intergénérationnel,
territorial, écologique – visant à répondre
aux attentes et aux besoins de nos concitoyens.

Plus que jamais, nous devons donc conforter et amplifier
cet élan pour le Morbihan, pour les territoires, pour une
République décentralisée, solidaire et apaisée, en votant
et faisant voter pour les candidats de la Gauche morbihannaise
dès le 20 mars prochain.