Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Actions du Gouvernement > Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes vendredi 9 septembre 2016.

Mobilisation contre le sexisme

8 septembre 2016


Voir en ligne : chiffres clefs


Du 8 septembre 2016 au 8 mars 2017, Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes lance une grande mobilisation contre le sexisme.

Les mouvements féministes, les lois, les politiques publiques ont permis des progrès considérables. Néanmoins, les inégalités persistent. Certaines se chiffrent, avec des écarts dont l’ampleur surprend bien souvent ceux qui en prennent connaissance : salaires inférieurs, violences, faible représentation dans les médias ou en politique. D’autres se cachent insidieusement des yeux du grand public, se devinent et se supposent : le sexisme est le plus lourd des plafonds de verre à briser !

Le Plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme invite l’ensemble des citoyennes et des citoyens à agir et à réagir, en proposant des initiatives qui font reculer le sexisme, en soutenant la mobilisation et en témoignant de leurs expériences du sexisme. Catalyseur de l’action publique, c’est la mobilisation de toutes et tous qui écourtera le chemin vers l’égalité !

Au cours des dernières décennies, l’égalité entre les femmes et les hommes a progressé, notamment grâce à de grandes avancées législatives. Le Gouvernement a activement contribué depuis 2012 à cette progression, au travers de mesures fortes :

- la loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ainsi que la loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées ;

- la parité dans la vie politique favorisée par la réforme des élections municipales, communautaires, départementales et législatives et par la composition paritaire du Gouvernement, mais également la parité renforcée dans les conseils d’administration des grandes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire, dans les ordres professionnels et bientôt dans la représentation syndicale ;

- la généralisation du téléphone grand danger et la création de nouveaux logements pour les femmes victimes de violences ;

- l’accès réel à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception comme droits à part entière ;

- ou encore, la réforme du congé parental en faveur d’une plus grande implication des pères.

Malgré ces progrès, les inégalités et les discriminations à l’encontre des femmes perdurent :

- les hommes gagnent en moyenne 19,2% de plus que les femmes ;

- seulement 16% des maires sont des femmes ;

- 80% des expert.e.s invité.e.s à commenter l’actualité dans les médias sont des hommes ;

- 1 femme sur 3 a déjà subi des violences sexuelles ou physiques.

L’égalité réelle entre les femmes et les hommes se heurte toujours à un plafond invisible dont le matériau principal, et certainement le plus résistant, est le sexisme. 98% des femmes estiment qu’elles subissent des injustices ou des humiliations spécialement car elles sont des femmes.

Consciemment ou non, sous couvert d’humour ou de paternalisme, le sexisme se manifeste de multiples façons, de la plus anodine en apparence à la plus dramatique, de la « simple » remarque aux violences les plus graves.

En complément des lois et des politiques publiques, il apparaît indispensable que la société se mobilise pour initier une nouvelle étape de la révolution culturelle en faveur des femmes.

C’est pourquoi Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes lance le 8 septembre, aux côtés d’actrices et d’acteurs de la société civile, le plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme. Les initiatives portées par chacun des ministères en faveur des droits des femmes auront également vocation à intégrer cette mobilisation.

Entre le 8 septembre 2016 et le 8 mars 2017, ce plan aura pour objectifs de :

- rendre visible le sexisme qui se manifeste dans la vie quotidienne des femmes – au travail, dans l’espace public, dans la sphère privée et familiale, dans le sport, la culture, ou encore les médias ;

- mettre en lumière les femmes qui, dans tous ces domaines, font face, innovent, agissent, produisent et dont le travail, la création, l’engagement sont souvent maintenus dans l’ombre ;

- agir pour que chacun, dans l’exercice de ses fonctions, mais aussi dans sa vie personnelle, amicale, familiale, ou dans son rôle de parent, fasse reculer tout ce qui porte atteinte à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Citoyen.ne.s, associations, entreprises pourront s’engager dans cette mobilisation :

- En signant une lettre d’engagement pour adresser un message fort à l’ensemble de leurs interlocutrices et interlocuteurs ;

- En faisant labelliser leurs initiatives qui participent à lutter contre le sexisme et qui seront valorisées sur la plateforme numérique ;

- En partageant leurs expériences du sexisme et les réponses à lui apporter sur cette même plateforme ;

- En relayant la campagne sur les réseaux sociaux avec le mot-dièse #SexismePasNotreGenre.

Le plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme initie une dynamique inédite et complémentaire à celle des politiques publiques, pour engager une véritable prise de conscience au sein de la société, mais également pour diffuser les solutions concrètes qui participent à construire une société de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.