Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Communiqués mardi 18 octobre 2011.

La scolarité obligatoire à trois ans, une proposition de loi du groupe socialiste pour lutter contre le démantèlement de l’école maternelle

13 octobre 2011


Voir en ligne : Sénateurs socialistes



La proposition de loi du groupe socialiste visant à instaurer la scolarité obligatoire à trois ans, à la demande du groupe socialiste a été mise à l’ordre du jour du Sénat et sera discutée le jeudi 3 novembre 2011, en début de soirée au Sénat.

Elle a pour ambition de lutter contre le démantèlement de l’école maternelle initié par la majorité.

En effet, par le développement de structures parallèles – privées et payantes - comme les jardins d’éveil, et par une véritable politique de déscolarisation des enfants de moins de 3 ans, le gouvernement remet progressivement en cause les spécificités pédagogiques et l’ambition éducative forte portée par l’enseignement préélémentaire en France

Or, La scolarisation précoce dans une école maternelle a un impact déterminant sur l’ensemble du parcours de l’élève et sur son épanouissement personnel,

En effet, loin d’être un mode d’accueil collectif comme les autres, cet enseignement représente un point fort de notre système éducatif et un facteur de lutte contre les inégalités sociales, notamment dans les zones d’éducation prioritaire et les zones rurales.

Cette proposition de loi avait été déposée le 15 avril dernier parFrançoise Cartron, Sénatrice socialiste de la Gironde, au nom du groupe socialiste.

Le groupe socialiste du Sénat a souhaité en faire une des premières propositions de loi examinée par le nouveau Sénat.

Elle s’inscrit dans la volonté des socialistes de redonner à l’Education nationale et notamment à l’école primaire une place prioritaire

Les membres de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat ont nommé Brigitte Gonhtier-Maurin, Sénatrice des Hauts-de-Seine et membre du groupe CRC, rapporteur du texte.