Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média lundi 3 juin 2013.

La salle multifonctions du Parco a été inaugurée


Voir en ligne : Ouest-France


Noël Le Loir, vice-président du conseil général ; Odette Herviaux, sénatrice ; Bernard Le Menn, sous-préfet ; Jean-Pierre Le Roch, député ; et le maire André Allioux, ont coupé le ruban officiel.

La nouvelle salle du Parco a été inaugurée sam edi, en présence de personnalités officielles et de nombreux Moréacois. Les associations animaient des portes ouvertes l’après-midi. Admiration du côté des visiteurs, satisfaction et fierté chez les élus et représentants associatifs moréacois, tels ont été les sentiments exprimés tout au long de cette journée.

Cet équipement flambant neuf vient renforcer l’attrait d’une commune en plein essor démographique et économique (1 000 habitants supplémentaires en dix ans, plus de 500 enfants dans les écoles, 1 975 emplois). Dédié au sport et aux activités artistiques, il est utilisé depuis la fin mars par les clubs de basket, badminton, judo, gym, et danse (Caerom et Krollerion), associés à sa conception. Il suscitera, à n’en pas douter, de nouvelles envies de pratique sportive.

L’étude d’un « bâtiment moderne, accessible par tous, et pérenne dans le temps », comme l’a souligné le maire, André Allioux, a été confiée au cabinet d’architecture L’Hyver-Lohé-Bréchet, de Pontivy. Des entreprises essentiellement locales en ont mené à bien la réalisation, d’août 2011 à fin janvier 2013.

Près de 4 000 000 € autofinancés

Accessible par badge électronique, c’est un équipement de 2 560m², composé d’un large hall d’entrée avec patio, d’une salle de sports collectifs de 2 560 m², équipée de gradins fixes et d’un mur d’escalade, et de trois salles de 150 à 255 m² pour la gymnastique, la danse et les arts martiaux.

D’un coût total de 4 237 769 €, la salle a bénéficié d’une subvention du Département de 375 000 €, et d’une aide parlementaire de 10 000 €. Le reste a été « totalement autofinancé, sans recours à l’emprunt », a encore expliqué le maire.