Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média jeudi 1er octobre 2009.

L’économie bretonne doit changer de modèle

Le stock des voitures neuves à l’usine PSA de La Janais à Rennes. À l’avenir, toutes les filières, à l’image de l’automobile, devront revoir les critères de leur développement. : Archives Ouest-France/Philippe Chérel

Jean-Yves Le Drian, le président de la région, a lancé la réflexion sur le visage de l’économie régionale qui sortira de la crise. Il invite à repenser le modèle breton en évoquant « des industries de nouvelle génération ».
À quoi ressemblera l’économie bretonne dans les années à venir, après cette crise dont l’amplitude a pris tout le monde de court ? Tel était le thème, hier, de la session extraordinaire du conseil régional.

« Breizh Green Deal ».

L’économie régionale qui émergera de la crise sera différente. C’est l’idée-force qui est ressortie des débats.Agroalimentaire, technologies de l’information et de la communication, économie de la mer, tourisme... « Dans toutes les filières, il faut sortir par le haut, en créant des industries de nouvelle génération. » Le président (PS) de la Région a appelé à la mise en place d’un « Breizh Green Deal, d’une nouvelle révolution économique bretonne, en nous appuyant sur les savoir-faire accumulés de ce qu’on a appelé le modèle breton, mais avec plus de valeur ajoutée, plus d’écologie, plus d’innovation, plus d’énergie maîtrisée. »

Automobile.

Loïck Le Brun (UMP Nouveau Centre) et Jean-Yves Le Drian sont d’accord : « Il n’y a pas eu d’anticipation de la part des groupes automobiles. » « Alors que nous pensions que le choix de La Janais comme site moyen-haut de gamme de PSA était une chance, il s’avère aujourd’hui être un handicap... et cela en l’espace d’un an », a expliqué Le Drian. « Pour l’avenir, au-delà des simples voitures, il faut que se mette en place plus globalement une filière de l’automobilité. »

« Plan jeunes ».

Parce que ce sont eux les plus touchés par le chômage et pour « garantir et préserver ses compétences et ses qualifications », la Région entend intensifier son soutien aux jeunes en formation. Une bourse d’accès à la qualification, des mesures pour favoriser l’apprentissage en incitant les employeurs et en aidant les jeunes et les familles ; la mise en place d’un chèque reconversion pour 800 bénéficiaires, dès 2009 ; le renforcement des dispositifs de formation existants ; un nouveau site Internet exhaustif en ligne dès la fin juin...

Quelle agriculture ?

« Et si l’agriculture bretonne profitait de la crise pour sortir de ses crises à répétition ? » a rappelé Michel Balbot (Verts). Il répondait à Jean Hellias (UMP) qui venait de reprocher à l’exécutif régional de ne pas soutenir suffisamment le modèle agricole et agroalimentaire actuel qui, confronté à la mondialisation, donne pourtant de graves signes de faiblesse. « Il faut adapter l’offre à la demande, maintenir le maximum d’exploitations et mettre fin à la politique d’agrandissement qui conduit à un endettement insupportable », a rappelé Odette Herviaux (PS).

Une session pour rien ?

Jean-Yves Le Drian a voulu montrer ou rappeler que la Région ne restait pas inactive face à la crise. C’est justement ce besoin de communication que lui reproche son opposition. David Le Solliec pour l’UMP et Bernard Marbeuf, pour l’UDF-MoDem, ont parlé d’une « session inutile, au cours de laquelle aucun vote n’est sollicité et qui arrive comme par hasard quinze jours avant les élections européennes ». Le patron de la Région a ironisé sur l’opposition « qui estime qu’il n’y a pas assez de sessions et qui se plaint lorsqu’il y en a une supplémentaire ».

Philippe GAILLARD.