Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média mardi 17 septembre 2013.

Frédéric Cuvillier fait sa rentrée sous le signe de la SNCM

Par Hervé Deiss


Voir en ligne : Journal Marine Marchande


Transport maritime

Le ministre en charge des transports, Frédéric Cuvillier, a expliqué le 28 août 2013 sa position sur les principaux dossiers de la rentrée. L’avenir de la SNCM et les ports figurent en bonne place au menu.

"Dès ma prise de fonction à ce ministère, je me suis mobilisé sur les questions maritimes et la défense du pavillon français avec des dossiers comme SeaFrance, Brittany Ferries et la SNCM. Aujourd’hui des étapes importantes sur la SNCM s’annoncent et je souhaite que l’État soit un actionnaire attentif", a commencé en introduction Frédéric Cuvillier, ministre en charge des Transports, lors de sa conférence de presse de rentrée le 28 août 2013.

L’État, "actionnaire attentif"

C’est notamment au dossier de la SNCM que le ministre s’est montré particulièrement attaché. Frédéric Cuvillier attend la décision d’attribution de la DSP et le règlement du contentieux avec l’Europe. "Nous avons mobilisé toute notre énergie à montrer l’implication de l’État dans ce dossier." Et le ministre d’attendre la décision de la collectivité territoriale de Corse qu’il semble espérer attribuer au consortium SNCM/CMN.

Quant aux contentieux avec l’Europe sur les conditions de la privatisation de l’armateur, "le gouvernement conteste l’interprétation faite par la Commission européenne". Le gouvernement a fait un référé.

Au-delà de ces deux échéances que sont l’attribution de la DSP et le règlement des contentieux, le ministre souhaite ensuite mettre sur la table la question de la gouvernance de l’armement. "Il faut un projet industriel pour la SNCM qui dépasse la DSP. Il faut s’interroger sur la flotte et les conditions de gouvernance." D’ailleurs, dans la réponse à la DSP, la SNCM prévoit la construction de quatre navires (2+2).

Qui financera, comment et pour quel type de navires ? Le ministre n’a pas clairement défini ces axes, attendant que les premières étapes soient franchies. Il a cependant souligné à propos du renouvellement de la flotte, qu’il s’agit "d’un enjeu technique très important pour nos chantiers navals". L’État actionnaire minoritaire de la SNCM et de chantiers navals, le ministre pourrait mettre en pratique son principe "d’actionnaire attentif".

Une mission sur les ports décentralisés

Autre sujet abordé, la question des ports. "Au-delà du plan de relance portuaire présenté en juin, il faut optimiser ce dont nous disposons actuellement", a indiqué Frédéric Cuvillier. Il a confirmé qu’il confiera dans les prochains jours une mission àOdette Herviaux, sénatrice du Morbihan, sur les conditions de gouvernance des ports décentralisés. "Il faut que nous disposions d’un lien et d’un lieu d’échange de stratégie entre les grands ports maritimes et ces ports décentralisés".

Frédéric Cuvillier a également évoqué le rapport de la Cour des comptes européenne qui a mis à mal le financement des autoroutes maritimes. "Dès la rentrée, nous allons mener une réflexion sur les modalités de financement de ces autoroutes maritimes".

Il a confié être plus favorable à une incitation aux transporteurs routiers qu’aux armateurs. "Cette incitation se répercutera automatiquement sur l’armateur".