Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Parti Socialiste > Interventions jeudi 16 octobre 2008.

Faire gagner le Parti socialiste pour être utiles à la France et aux Français

Cela fait maintenant plus de trente ans que je suis militante du Parti socialiste et j’ai donc eu l’occasion de connaître de nombreuses périodes de pré-congrès, presque toujours marquées par l’agitation, les débats, souvent malheureusement les débordements verbaux, pour ne pas dire “verbeux”, et les attaques de personnes que j’ai toujours dénoncés. Cependant, pour moi, la nouveauté de ce pré-congrès, c’est le manque d’enthousiasme
que j’ai ressenti de la part de beaucoup de militants et le temps d’indécision et de réflexion très long avant de prendre position. Si je me retrouve dans beaucoup des idées proposées dans la plupart des motions, car elles reposent heureusement sur les valeurs essentielles de la gauche, je ne perds pas de vue la nécessaire évolution de notre parti.

Ce qui m’a amené à soutenir la motion de Bertrand Delanoë, c’est tout d’abord parce qu’il s’est engagé sur des enjeux essentiels à mes yeux et qui constituaient les axes forts de la contribution des socialistes bretons, rédigée dans l’unité, avec la volonté de contribuer activement au Congrès de notre parti. Dans la période de grave crise financière, bancaire et économique que nous connaissons, seul un développement durable s’appuyant sur les territoires et les compétences redéfinies des diverses collectivités pourront nous permettre de faire face à la récession. Nous devons amplifier ce mouvement décentralisateur en poursuivant l’œuvre entreprise par François Hollande pour faire du Parti socialiste le Parti de tous les territoires. Leur diversité et leur dynamisme sont une chance pour l’avenir de la France au sein d’une Europe qui protège ses citoyens et qui participe activement à la régulation de la mondialisation. Le développement durable des territoires, la décentralisation et la régionalisation, la revitalisation du projet européen, autant de priorités qui devront inspirer notre travail collectif.

Au-delà, j’ai rejoint Bertrand Delanoë
parce que je crois, après avoir écouté beaucoup de mes camarades, que le Parti a aujourd’hui un besoin impératif de parler d’une seule voix, de respecter a démocratie militante et de favoriser les rapprochements entre les élus, les militants, et les citoyens. C’est la condition pour que nous soyons respectés, crédibles, donc écoutés au niveau national car nous ne pouvons nous satisfaire de nos victoires aux élections locales et aux sénatoriales. Avant d’élaborer des stratégies d’alliances improbables, soyons fiers de notre histoire et de notre identité, cherchons avant tout à convaincre les Français. C’est aussi ce message fort porté par Bertrand Delanoë qui m’a convaincue.

A Reims, nous dirons aux Français notre volonté de préparer, avec eux et pour eux, l’alternance. Nous mettrons en avant notre capacité à répondre à leurs attentes et à imaginer les territoires, la France et l’Europe de demain. Nous devrons êtres clairs et courageux pour être utiles. A Reims, nous devrons faire gagner le Parti socialiste.

Odette Herviaux

Sénatrice du Morbihan,
Vice-présidente de la Commission des Affaires économiques

Vice-présidente de la Région de Bretagne