Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Edito jeudi 8 janvier 2015.

Empathie et solidarité mais aucun communautarisme.


Voir en ligne : Charlie Hebdo


Minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo
JPEG

Comme vous tous depuis hier je suis d’abord très triste, affligée par la disparition brutale de policiers, de journalistes, de grands du rire, par l’atteinte à la liberté de la presse. Affligée aussi par la violence gratuite, par la bêtise de ceux qui croient encore que le terrorisme peut régler quelque chose, par ceux chez qui le fanatisme a réussi à faire disparaître toute trace d’humanité et je repense à cette émission de JC Ameisen "Sur les épaules des géants" il y quelques semaines qui relatait des expériences scientifiques qui prouvaient que plus les enfants, les jeunes et même les étudiants lisaient, plus ils étaient confrontés à des oeuvres littéraires, des oeuvres d’art et plus ils avaient de l’empathie pour les autres, plus ils étaient "humains".

Depuis hier, les manifestations spontanées partout en France, en Europe et dans le monde me rassurent : il doit encore y avoir beaucoup d’êtres humains qui ont lu souvent ou qui gardent des traces de leur éducation, de leur apprentissage au beau.

La mobilisation de tous est donc bien le seul rempart contre le fanatisme.

Cependant certains commentaires de personnalités à la télévision, sur les radios me mettent en colère : NON, on ne peut pas demander à certains de se mobiliser davantage sous prétexte qu’ils sont musulmans. Le sursaut du peuple de France doit être celui de tous ses citoyens quels que soient leurs origines, leurs religions, leurs croyances, leurs engagements politiques ou autres.

Que les chefs religieux dans leur ensemble disent leur condamnation de cet acte terrible, c’est bien mais ceux qui vont manifester, qui vont défiler ne doivent avoir qu’un seul mot d’ordre : la République Française et ses valeurs au premier rang desquelles la laïcité qui ne tolère aucun communautarisme.

Demander à certains des gages de "bon français" est intolérable. Comment faire pour les repérer dans la foule ? Au faciès, à la couleur de leur peau ? ou regroupés sous des banderoles à part ? le pire est que ceux qui se sont exprimés ainsi étaient peut être, pour certains, persuadés de bien faire...

Il est donc vraiment temps de dire que toute atteinte à la citoyenneté et à la laïcité, si minimes soient elles conduisent au communautarisme et donc à l’exclusion de l’autre.

Parmi tous les tweets que j’ai vu et beaucoup étaient très poignants, je ne veux garder que le souvenir de 2 d’entre eux : "Ils voulaient mettre la France à genoux, ils l’ont mise debout" et le petit bébé "Charlie" levant son petit poing

la relève est assurée ! ... La vie continue....

Portfolio