Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média lundi 17 novembre 2008.

Ecole de Police de Vannes.

LA GAUCHE EN APPELLE AU MINISTRE

La sénatrice PS du Morbihan, Odette Herviaux, et le groupe de gauche au conseil municipal de Vannes ont écrit à la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, pour lui faire part de leur préoccupation au sujet du devenir de l’école de police de Vannes.}}}

La parlementaire socialiste a déposé, hier, une question écrite au gouvernement. En cas de non-réponse de la part du ministère, Odette Herviaux prévoit d’interroger Michèle Alliot-Marie oralement, lors de la séance de questions au gouvernement prévue le 13 janvier prochain. L’incertitude règne toujours dans les 14 écoles de police de France depuis qu’une restructuration de la formation des policiers a été annoncée en juin. Aucune liste des établissements devant fermer n’a jusqu’à présent été divulguée. « Nous sommes toujours dans l’attente, indiquait, hier, le commissaire divisionnaire Guy Milin, directeur de l’école de police de Vannes. Mais une décision devrait être connue prochainement ».
« Vannes ne peut pas se le permettre »

La gauche vannetaise, qui constitue l’un des deux groupes d’opposition au conseil municipal de Vannes, a de son côté adressé une lettre place Beauvau, pour s’inquiéter de la situation de cette école. « La longue incertitude concernant cette restructuration est de nature à dégrader le climat nécessaire à des missions de service public aussi essentielles que la formation de nos policiers », écrivent les élus. « Après la disparition de la police de proximité en 2003 et de la douane en 2008, Vannes ne peut se permettre de perdre un nouveau service d’État », précise Nicolas Le Quintrec, l’un des signataires de la lettre.

Source : Le Télégramme - samedi 15 novembre 2008