Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média vendredi 20 mars 2009.

Eau / Le Conseil régional visite un bassin versant - Rencontre avec les acteurs de terrain

Paysan Breton Hebdo - du 20 au 26 mars 2009


Voir en ligne : Paysan Breton Hebdo


La Bretagne doit donner cette année son avis sur le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (Sdage), véritable outil de programmation à l’échelle des grands bassins hydrographiques associant l’Etat, l’Agence de l’eau, les collectivités et les usagers, pour la période 2010-2015. Le Conseil régional donnera son avis sur ce schéma, le 27 mars prochain.

Une approche plus globale

Le Sdage est un outil de planification pour atteindre en 2015, les objectifs de la directive européenne sur le bon état écologique de l’eau, de la source à la mer. Il définit précisément, à compter de 2010, les mesures, les moyens (120 millions d’euros par an) et le mode de gouvernance pour y parvenir.
La force du nouveau contrat pour l’eau de la région Bretagne est de placer les acteurs de terrain au centre de l’action et de développer une approche transversale associant les élus locaux, les agriculteurs, les entreprises, les associations et les particuliers.

Simplifier et clarifier

Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional a rencontré les acteurs de terrain pour évoquer la mise en œuvre concrète des projets. Accompagné de deux vice-présidents Gérard Mével (environnement) et Odette Herviaux (agriculture), il a visité une exploitation du bassin versant de l’Oust-amont et du Lié, avec Joseph Collet, président du syndicat mixte (SyMéol) et Jean-René Marsac, président de la Commission locale de l’Eau du Sage Vilaine. Les MAE ont été au centre de cette visite.
Le premier souhait du président du Conseil régional est de simplifier les procédures. "Entre les réglementations nombreuses et parfois contradictoires, les maîtres d’ouvrage, les financeurs (9 sources différentes de financement de l’Europe jusqu’au syndicat local des eaux), nous avons du mal à nous y retrouver". La Région consacrera, en 2009, 21 millions d’euros à la politique de l’eau et souhaite une clarification, une simplification.
"Nous demandons également un droit à l’expérimentation sur la politique de l’eau", poursuit le président. La demande avait déjà été formulée par l’équipe précédente. "Nous l’avons renouvelée". L’Agence de l’Eau Loire Bretagne apparaît bien éloignée des problématiques bretonnes.

De meilleurs échanges

"Dans les bassins versants, les habitants échangent entre eux, sur la qualité de l’eau, quelle que soit leur opinion, ce qui n’était pas le cas, il y a quelques années. Il est clair qu’on n’avancera pas sans la profession agricole, ni contre elle", souligne le président du Conseil régional. "L’environnement est un sujet vital pour la Bretagne, il réclame la mobilisation de tous".

Patrick Bégos