Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Communiqués jeudi 1er mars 2012.

Demande d’application des lois contre les violences faites aux femmes


Voir en ligne : senateurs-socialistes.fr


La majorité sénatoriale demande des comptes au gouvernement sur son
application des lois contre les violences faites aux femmes

Sous l’impulsion du sénateur Roland COURTEAU, le groupe socialiste a fait
adopter ce jour une proposition de résolution pour une application concrète
des dispositions de la loi du 9 juillet 2010, concernant les violences
faites aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de
ces dernières sur les enfants.

Si les lois de 2006 puis de 2010 ont été des déclics ayant permis des
avancées essentielles d’un point de vue social, judiciaire et législatif
pour la lutte contre les violences faites aux femmes, elles restent
dépendantes de la volonté politique et des moyens donnés pour leur
application. Le constat aujourd’hui ? Une prévention inégale, des prises en
charge défectueuses, une réactivité insuffisante quand il y a danger.
Alors que la loi 2005 l’oblige à un rapport biennal, un seul rapport a été
présenté par le gouvernement sur la question, en 2009.
Les associations, qui font un travail remarquable sur le terrain, tirent la
sonnette d’alarme et les faits divers s’accumulent, qui confirment que le
chemin est encore long pour changer les mentalités concernant ce mal trop
souvent étouffé.

Seul le changement des mentalités permettra d’éradiquer ce fléau. La
majorité sénatoriale a souligné tous ces manquements pour mieux insister sur les besoins d’éducation et de sensibilisation sur ce sujet. Il faut former
les personnels encadrants, enseignants et médical des écoles qui
accompagnent les enfants dès la petite enfance pour lutter contre les
stéréotypes de nos sociétés. Il faut formaliser et amplifier la résonnance
de la date du 25 novembre comme journée nationale de sensibilisation aux
violences faites aux femmes. C’est à ce prix que des vies pourront être
sauvées, officiellement 240 pour l’année 2010.