Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > A travers les média vendredi 6 mai 2011.

Décès de Françoise Olivier-Coupeau : ils saluent son engagement et son courage

5 mai 2011


Voir en ligne : Hommage


Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste. « Nous perdons une camarade et une amie chère. Députée très active, elle remplissait son rôle d’élue de la Nation de manière exemplaire. Elle fut une des premières parlementaires à mettre en application le principe de non-cumul des mandats.

Jacques Le Nay, député UMP et président de l’association des maires du Morbihan. « C’est une douleur pour tout le monde. Je pense à sa famille, à son mari, à ses enfants. C’est une femme que j’appréciais beaucoup, une femme de conviction ».

Odette Herviaux, sénatrice socialiste du Morbihan. « Je perds non seulement une collègue mais également une amie. C’est donc très difficile d’en parler. Chaleureuse, souriante, elle était très appréciée, unanimement reconnue pour ses qualités humaines et professionnelles. Elle s’était investie à fond dans son engagement politique. »

Olivier Le Nézet, président du comité local des pêches de Lorient-Étel. « Françoise était un fervent défenseur des intérêts de la filière pêche, depuis longtemps. Elle a travaillé les dossiers jusqu’au bout, elle a mené son combat contre la maladie jusqu’au bout et ce n’est pas simple. Je suis bouleversé. »

Maurice Benoish, président du port de pêche de Lorient. « Elle savait écouter les hommes et les femmes du monde de la pêche et de la mer. Elle avait cette sensibilité-là. Nous avons beaucoup de peine. Elle avait le sourire, ne se plaignait pas et elle a travaillé ses dossiers jusqu’au bout. C’était une femme de convictions. »

Michel Grall, député UMP du Morbihan. « Françoise Olivier-Coupeau était une femme sensible, humaine, une élue déterminée, une députée exigeante. Nos divergences éventuelles pouvaient rapidement s’estomper derrière notre volonté commune de privilégier l’intérêt général, encore plus aisément sur les questions de défense. »

Loïc Bouvard, député UMP du Morbihan. « C’était une collègue députée très présente, active et compétente dans un domaine qui m’est cher : la défense. Je garde d’elle l’image d’une femme de grande qualité, digne de sa fonction, forte de ses convictions. Avec, aussi, des valeurs que je partageais. Elle est très regrettée à l’Assemblée. »

Loïc Le Meur, maire de Ploemeur et conseiller général socialiste. « Une grande humanité, un engagement social, un attachement à notre territoire. Elle a fait preuve de courage face à la maladie ces derniers mois en continuant à assumer ses responsabilités parlementaires jusqu’au bout de ses forces ».

Thérèse Thiery, maire et conseiller général divers gauche de Lanester. « Je salue sa ténacité, son courage exemplaire et sa force de caractère. On perd une députée qui a su assumer pleinement son mandat, avec passion et engagement ».

Philippe Ladame, porte-parole Europe écologie pays de Lorient. « Nous aimions sa conception et sa pratique de la politique. Nous partagions nombre de ces préoccupations et avons eu l’occasion de la côtoyer dans l’action, comme lors du dernier mouvement étudiant ».

Daniel Gilles, Parti communiste, vice-président du conseil régional. « Françoise était une femme intelligente, souriante et franche. Elle aimait beaucoup les Lorientais. Malheureusement, la maladie l’a fauchée rapidement. Je partage la peine de beaucoup de gens ».

Laurent Tonnerre, secrétaire de la section PS de Lorient. « Françoise Olivier-Coupeau avait apporté un renouveau politique, par son souffle et son dynamisme. Grande humaniste, tenace dans son engagement pour la dignité humaine et la justice sociale, elle laissera l’image d’une personne attachante, combative en politique et dans la vie ».

Béatrice Le Marre, maire de Ploërmel et conseillère régionale PS. « Je suis profondément bouleversée. Je la connaissais bien. C’était une femme d’un courage extraordinaire, un exemple même de courage. Elle inspirait le respect. C’était une battante, une force de vie même si malheureusement la maladie l’a emportée ».