Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Communiqués mardi 21 juillet 2015.

Crise de l’élevage

21 et 22 juillet 2015

le Gouvernement agit pour soutenir les éleveurs

La crise qui touche l’élevage est majeure et internationale. Les problèmes liés aux prix ont des origines diverses, la fin des quotas laitiers en Europe ont par exemple des conséquences fortes aujourd’hui pour la filière. Le plan d’urgence annoncé par le Chef de l’Etat et que Stéphane le Foll mettra en place est attendu. Il apportera un soutien important aux exploitants qui connaissent de grandes difficultés financières. L’agriculture est une priorité pour notre pays et son économie.

Sans attendre que cette crise éclate, le Ministre de l’Agriculture avait, en 2012, alerté au niveau européen et agi en France face aux risques qui pesaient sur les filières de l’élevage. Dès le 18 février, des cellules de crise ont été mises en place pour trouver des solutions à la baisse des prix. Depuis, un accord sur la remontée des prix a été trouvé le 17 juin, la transparence doit être faite sur son application. Cet accord doit être mis en œuvre.

Nous sommes désormais en juillet et la droite découvre le problème, en tentant une récupération politique de la détresse des éleveurs. Ce n’est pas ce qui règlera cette crise, c’est la concertation et le travail. Je le dis à ceux qui pensent capitaliser des voix sur les difficultés de l’élevage, notre agriculture vaut plus qu’une campagne régionale.

Stéphane Le Foll est entièrement mobilisé pour affirmer que l’agriculture et l’élevage ont un avenir. Dans les 48H, sous la houlette du Président de la République et du 1er Ministre, le plan d’urgence tant conjoncturel que structurel sera proposé à toutes les parties : agriculteurs, éleveurs, industriels, grandes surfaces. L’heure est à la mobilisation générale pour sauver et pérenniser l’agriculture qui est notre patrimoine national. Chacun doit y contribuer. Les éleveurs doivent recevoir le juste prix de leur travail et ne pas être pris en otage dans les circuits commerciaux.

21 juillet 2015
Didier Guillaume, Président du groupe socialiste du Sénat

Plan de soutien à l’élevage : donner un avenir aux éleveurs français

L’agriculture fait partie de notre patrimoine français. Le Premier Ministre l’a rappelé avant que Stéphane Le Foll développe le plan de soutien à l’élevage. Les agriculteurs sont une priorité, leur mission est essentielle pour la collectivité, leur travail doit être rémunéré au juste prix, comme tous les autres métiers. La crise est là aujourd’hui, mais c’est un travail de fond entrepris depuis longtemps qui permet ce plan d’aide.

Les objectifs du plan sont clairs : soutenir l’élevage français pour donner un avenir aux exploitations que la baisse des prix menace. L’annonce d’une restructuration de la dette et de mesures pour alléger les charges des éleveurs était attendue sur le terrain. C’est un acte fort envers les éleveurs, pour qu’aucun ne soit laissé de côté, notamment les jeunes.

Le soutien à l’élevage doit être durable, notamment par la promotion de la viande française à l’export et l’augmentation des prix à un niveau juste, respectueux du travail des producteurs.

Les agriculteurs font un grand métier. Ils sont indispensables à notre vie quotidienne, nous devons tous leur manifester notre reconnaissance en achetant des produits français. Le patriotisme agricole c’est donner un avenir aux producteurs.

22 juillet 2015
Didier Guillaume, Président du groupe socialiste du Sénat