Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Edito lundi 15 janvier 2007.

CAMPAGNE PRESIDENTIELLE

Mon cher François,

Je ne sais pas si tu mesures combien nous sommes heureux et fiers que tu aies choisi notre département pour le lancement officiel de ce long temps de campagne qui nous attend.

Heureux de ta présence chez nous car, en effet, la Bretagne, en haut, à gauche sur la carte de France est maintenant bien à sa place et entend le rester.

Le dernier carré du Morbihan lui même n’a pas vocation à rester éternellement à droite et les résultats en nombre de voix des dernières élections montrent bien que chez nous aussi la gauche progresse et tu peux compter sur le dynamisme et la mobilisation de tous : sympathisants, militants, élus, dont le grand nombre présents ici ce soir montre leur enthousiasme et leur volonté, pour que 2007 soit l’année de la victoire de la gauche dans notre département, aux présidentielles et aux législatives.

Fiers aussi de te retrouver ce soir à Pontivy après ton périple qui a commencé à Lorient et c’est normal car c’est notre ville phare mais c’est aussi là que l’histoire de la conquête de la gauche morbihannaise à commencé.

Tu as ensuite effectué un petit tour du centre du Morbihan : Questembert et Ploërmel. Ce centre Bretagne, symbolisé ce soir par Pontivy, est très fier de pouvoir te dire combien nos territoires, malgré des difficultés que nous ne pouvons pas nier, sont dynamiques, compétitifs et résolument tournés vers l’avenir.
Nous avons toujours refusé une vision trop misérabiliste de la ruralité, car notre Région a la chance d’avoir gardé un réseau très dense de villes petites et moyennes, bien réparties sur le territoire et c’est cet équilibre territorial que nous voulons préserver.

La politique territoriale de notre région s’appuie sur les pays, les communautés de communes et est basée sur ce développement équilibré, sur l’égalité entre les territoires et sur la volonté commune de développement. Nous n’oublions jamais que si la Bretagne est terre de caractère, elle est aussi terre de solidarités. Chez nous, les termes " aménagement du territoire " sont indissociables des valeurs de gauche : maintien des services publics, équilibre et égalité entre les citoyens et entre les territoires, démocratie participative pour les projets locaux que nous sommes maintenant les seuls à financer face au désengagement prévu de l’Europe et celle plus inadmissible de l’Etat !

A propos d’aménagement du territoire, savez vous qui est le ministre en charge de ce secteur ? Et bien oui, c’est lui ...le ministre de l’intérieur !

Depuis toutes ces années, l’avez-vous une seule fois entendu parler de l’aménagement du territoire, encore moins des territoires, s’est-il soucié une seule fois de l’avenir de la ruralité ?

A si peut-être un peu lorsque le gouvernement a mis en place les pôles de compétitivité ou d’excellence ruraux, bien sur lorsqu’il est question de compétition, il ne peut pas être absent...-

et puis j’ai remarqué, comme vous aussi je suppose que depuis qu’il est en campagne, ses visites : ici dans un village de la ruralité profonde, là dans des exploitations agricoles, c’était normal puisqu’il était ministre de l’intérieur et donc en charge de l’aménagement du territoire ! Non, non, ce n’était pas pour sa campagne personnelle !

Je m’étais promis de ne pas dire du mal du candidat de l’U.M.P. Mais quand même... quand une seule personne concentre dans ses idées et représente autant tout ce qui est contraire à nos valeurs, on ne peut se taire car le danger est grand. Tout ce que nous avons subi depuis 5 ans, n’est rien par rapport à ce qui nous attendra si la gauche ne gagne pas en 2007 et à ce moment là il ne faudrait pas que quelqu’un puisse dire : on ne savait pas !

Des lois sécuritaires ont mis en place tout un arsenal de mesures destinées soi disant à lutter contre la délinquance mais imaginez une dérive totalitaire et ces mêmes lois peuvent s’appliquer contre toute personne qui serait seulement " opposante ".

La semaine dernière, lors de la discussion au Sénat de la loi sur la Prévention de la délinquance, - j’ai été scandalisée par la facilité avec laquelle certains associent systématiquement, sans aucune difficulté, le terme " délinquance " aux jeunes ou aux malades mentaux. C’est ce qui est en germe dans ces lois : l’exclusion, le communautarisme, le stigmatisation de ceux qui ont le plus de difficultés.

Il nous faut donc absolument gagner en 2007, il nous faut Ségolène comme présidente, il nous faut le grand chelem pour nos candidats aux législatives, pour porter haut nos valeurs et éloigner les peurs,

Il nous faut concrétiser cette marche en avant de la gauche et du parti socialiste que nous avons connu ici comme ailleurs et cela grâce à toi François, à ta volonté de reconstruire après 2002, de maintenir l’unité du parti et de réussir à proposer un projet socialiste à partir d’une vaste concertation.

Merci à toi pour nos victoires depuis cette date fatidique après laquelle beaucoup se laissaient aller au défaitisme.

La plus belle de ces victoires a été celle des régionales et au delà des moments de joie que nous avons partagé ici comme ailleurs, cela nous a permis de mettre en application le programme que nous avions élaboré pendant deux ans selon ces mêmes principes de participation de toutes les bonnes volontés. Cette campagne des régionales nous a permis de voir combien nos concitoyens appréciaient nos explications sur nos choix et nos informations sur le fonctionnement de nos institutions.

Aujourd’hui, il est de bon temps de critiquer les média et je ne voudrais pas en rajouter car beaucoup de journalistes font très bien leur travail pour peu qu’on leur en donne les moyens, cependant globalement la désaffection de nos concitoyens et des jeunes en particulier, pour la presse vient du fait qu’elle n’offre plus aux gens ce qu’ils sont en droit de lui demander. L ’ ’information n’est pas une question de demande mais une question d’offre.

C’est ce que nous essayons de faire, élus et militants, chacun à notre place avec le sens de la responsabilité collective : donner aux gens la possibilité de comparer les différences réelles, concrètes entre une gestion de droite et une gestion de gauche ! Dans nos communes, dans nos départements, dans notre région. Et si je devais retenir un point particulièrement positif et essentiel après ces 3 années de gestion régionale, outre le fait que, comme le dit toujours Jean Yves notre Président " on a du goût ensemble " et qu’à peine mi mandat nous avons déjà tenu quasiment tous les engagements de notre programme, et bien je crois que ce serait le fait que la parité totale dans l’exécutif est non seulement possible mais aussi nécessaire à une modernisation réussie de la vie politique. Nous avons tous des caractères et des personnalités différentes, mais c’est cet amalgame, qui fait notre force et notre réussite. C’est pourquoi, nous nous sommes mobilisés pour faire en sorte que l’égalité des droits s’applique partout en Bretagne : dans l’accès aux études, dans le droit au travail, dans la promotion et le salaire.

Nous pouvons être fiers là aussi d’appartenir à un parti qui applique, sans problème dans notre département, la parité pour les législatives, fiers de nous mobiliser pour une gauche qui permet à une femme d’être sa candidate à la présidence de la République.

C’est loin d’être la seule qualité de Ségolène, bien sûr mais c’est quand même pour beaucoup d’entre nous, un véritable espoir pour demain. La fin des inégalités passe d’abord par la reconnaissance de l’égalité des droits entre les deux moitiés de notre population.

Alors, encore une fois merci François d’être avec nous ce soir pour lancer les campagnes qui nous attendent et qui vont nous mobiliser jusqu’en juin. Tu peux compter sur notre volonté de gagner, sur notre détermination, sur notre mobilisation, tout comme nous savions pouvoir compter sur toi depuis 2002.

Tous pour Ségolène

Ségolène pour tous !

Ad evron ! – dustu…