Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Travail parlementaire > Solidarité jeudi 25 décembre 2003.

Avenir des associations de consommateurs

Question écrite Nº 10406 du 25/12/2003 page 3687 avec réponse posée par HERVIAUX Odette du groupe socialiste.

Mme Odette Herviaux souhaite interroger le M. le secrétaire d’Etat aux petites et moyennes entreprises, au commerce, à l’artisanat, aux professions libérales et à la consommation sur l’avenir des associations de consommateurs. En effet, la baisse de 36 % des crédits alloués aux associations de consommateurs n’est pas sans poser de problèmes. Avec une telle perte de moyens financiers, un certain nombre d’actions et de missions, reconnues par tous comme utiles, ne seront plus aussi facilement réalisables. Au-delà de ces aspects concrets, un grand nombre d’associations étaient reconnues comme force de propositions et contre-pouvoir indispensable dans une économie de marché. Elle souhaite connaître les motivations d’une telle baisse de crédits et s’interroge sur les relations qu’il souhaite instaurer avec les associations de consommateurs.

Ministère de réponse : Petites et moyennes entreprises - Publiée dans le JO Sénat du 05/02/2004 page 306.

Les crédits destinés au soutien du mouvement consommateur ont fait l’objet de mesures de régulation budgétaire en gestion 2003. Dans ce contexte budgétaire et dans le prolongement de la circulaire du Premier ministre du 24 décembre 2002 relative aux subventions de l’Etat aux associations, l’attribution des subventions a été effectuée sur la base d’un examen approfondi de la situation financière et de l’activité de chaque association. Toutefois, conscient des difficultés qu’aurait pu provoquer pour plusieurs associations la diminution de leur subvention, le Gouvernement a décidé de procéder au dégel de crédits à hauteur de 552 835 euros. Cette dotation complémentaire a été affectée au financement du fonctionnement des associations nationales de consommateurs et des centres techniques régionaux de la consommation (CTRC). Quatorze associations nationales de consommateurs et dix-sept CTRC ont ainsi bénéficié de cette mesure. La répartition des crédits a été effectuée en tenant compte de la situation de chaque association afin de réserver en priorité le soutien financier aux structures les plus actives et à celles dont la situation financière l’exigeait. Pour 2004, la loi de finances, qui prévoit un montant total de 7 372 827 euros pour l’aide au mouvement consommateur, rétablit pratiquement le niveau des moyens financiers alloués en 2002.