Odette Herviaux
Sénatrice du Morbihan

Vice-Présidente
de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable

Vice-présidente
du Groupe d’étude Mer et Littoral

Accueil > Travail parlementaire > Education jeudi 3 juillet 2003.

Ateliers de pratiques artistiques

Question écrite Nº 08296 du 03/07/2003 page 2127 avec réponse posée par HERVIAUX (Odette) du groupe socialiste .

Mme Odette Herviaux attire l’attention de M. le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche sur la pérennité des ateliers de pratique artistique. Depuis plusieurs années, certains établissements, notamment des lycées professionnels avaient pu proposer à des élèves volontaires de s’initier à différentes pratiques artistiques, leur permettant ainsi d’approcher un univers qu’ils n’auraient pu aborder sans cela. Les ateliers de pratiques artistiques permettaient certaines approches pédagogiques originales et apportaient dans de nombreuses situations des réponses à des phénomènes de violence et d’échec scolaire. Elle souhaite donc connaître quels sont les projets ministériels pour permettre aux établissements scolaires volontaires de mettre en oeuvre des projets culturels et des ateliers de pratiques artistiques dans des conditions satisfaisantes.

Ministère de réponse : Jeunesse - Publiée dans le JO Senat du 18/09/2003 page 2852.

Si le lycée est le lieu de l’approfondissement et des choix préprofessionnels ou professionnels, grâce notamment aux enseignements de spécialité dans différentes dominantes artistiques, il est aussi pour la très grande majorité des élèves le moment de l’autonomie et des démarches individuelles face à l’art et à la culture. Pour permettre de concrétiser des projets culturels, dans une visée plus personnelle, le ministère mène depuis 1999 une politique incitative dans le cadre de la réforme des lycées pour l’ouverture d’ateliers artistiques à destination des élèves volontaires. Les ateliers sont actuellement au nombre de 980 au lycée d’enseignement général et technologique et de 406 au lycée (LP). Leur nombre est en progression mais dans une limite comprise entre 1 200 et 1 400. Les ouvertures en LP ont progressé de façon significative chaque année (294 en 1999, 369 en 2000, 385 en 2002, 406 en 2003). 20 000 lycéens sont actuellement concernés. Les élèves, sous la conduite d’un professeur (ou d’une équipe) et d’un intervenant extérieur (artiste ou intervenant du secteur culturel), pratiquent deux heures par semaine une activité artistique : architecture, arts plastiques, arts appliqués, cinéma-audiovisuel, cirque, danse, musique, théâtre, écriture, etc. Cet effort, sans être abandonné, s’inscrira, à partir de la rentrée scolaire prochaine, dans une perspective nouvelle qui consistera à chercher à donner une meilleure lisibilité du dispositif des enseignements artistiques et de l’action culturelle. En particulier, il s’agira de spécifier nettement chaque étape de la scolarité pour mieux marquer la progressivité des cursus. A l’école primaire, la sensibilisation ; au collège, la consolidation ; au lycée, les choix d’un approfondissement à visée personnelle, préprofessionnelle et professionnelle ; au supérieur, universitaire ou non, la spécialisation. Plus de répétitions inutiles donc, mais une progression par paliers, logique et constructive, sans cloisonnements étanches et fondée sur des programmes d’enseignement rigoureux et régulièrement mis à jour dans lesquels s’ancrent les dispositifs transversaux (classes à projets artistique et culturel notamment) et les activités complémentaires (auxquelles se rattachent les ateliers artistiques). Il s’agira également, dans cette perspective, de redistribuer et de recentrer les diverses situations pédagogiques par niveaux pour rationaliser et clarifier le dispositif. Une redistribution progressive se mettra donc en place, qui consistera à concentrer et éventuellement développer les classes à PAC à l’école primaire, où elles confortent la sensibilisation ; au LP, où elles aident à la professionnalisation ; en classe de 6e, pour assurer la transition avec l’école primaire, les ateliers artistiques au collège, où ils participent bien de la consolidation ; les options dans les sept domaines artistiques, arts plastiques, cinéma et audiovisuel, danse, histoire des arts, musique, théâtre et arts du cirque, au lycée, où elles développent l’aptitude responsable des élèves à choisir des filières artistiques et culturelles.